Touringers.org, le forum des amateurs de touring en véhicules anciens et de collection
facebook Touringerspinterest Touringersinstagram Touringerstwitter Touringersgoogle+ Touringers

Tintin et la Lotus bleue.

Pour tout véhicule antérieur à aujourd'hui
  • Sujet 2
  • Appel
  • Sujet 1
  • 1
  • 2
  • 3
  • Savoir
  • Communication
  • 1
  • 2

MCH 2020 : La 912 au Monte Carlo : Conclusion

Plus d'informations
17 Fév 2020 10:33 - 03 Mar 2020 00:30 #6899 par BandC
BandC a créé le sujet : MCH 2020 : La 912 au Monte Carlo : Conclusion
Un petit retour sur le MCH 2020 à partager avec vous :
Rallyes de Monte Carlo Historique 2020 : Ce fut vraiment une aventure...





La première chose qui me vient en tête est vraiment celle-ci : "Mais comment font-ils quand il y a de la neige !!!"
Car cette année où toutes les routes étaient sèches, ça a quand même été une sacrée course.
Peu de temps pour manger ou pour discuter, le nez sur l'horloge pour pointer à l'heure...
Comment aller plus vite dans ces SR alors que sur le sec c'est déjà pas mal, comment réussir à faire taire ce bip bip stressant et réussir à distinguer « les arbres seuls », « des piquets avec des marques blanches ou rouges ». Alors bravo à tous ceux qui ont bravé ces conditions.
Nous avons profité de Monaco et de ces terrasses sous le soleil et c'est tant mieux.

A tous ceux qui raillent la magie du MCH, je vous dirais qu'elle m'a saisie de pleine face et avec un immense bonheur.

Je ne pourrais commencer ce récit sans quelques mots sur un encadreur savoyard "aigle de la route" que personnellement je surnomme "Le yoyo des iles" , allez savoir pourquoi...
Sa gentillesse, son allégresse, son bonheur au volant compressent très largement son impulsivité légendaire. Il restera des "Entrevaux c'est sûr c'est par la ..." et quelques hausses de ton dans la voiture, mais jamais je n'ai regretté d'être à ces cotés.
Jamais je n'ai eu peur, jamais je n'ai senti qu'il ne maitrisé plus cette brave 912 qui lui ressemble tant.
S’il y a bien une chose qu'il faut dans ce rallye c'est avoir à 100% confiance dans son pilote.
Depuis quelques descentes d'Isola2000, et autre Virada il a toute ma confiance.
Alors pour toujours, un grand merci de m'avoir entrainé dans cette aventure, ça restera à jamais un grand moment !

Il est évident que ce rallye n'est rien sans les copains qui nous accompagnent. Ca doit quand même être rudement triste de ne voir personne attendre votre retour.
Merci à tous pour votre aide et votre soutien, qu'il est jouissif d'arriver à l'hôtel le soir et de pouvoir partager la performance du jour ;-)

Alors, particulièrement, un grand merci à Uber-LoloAmerica qui a assurer la navette "hôtel" / parc fermé à Valence
La limousine devant l'hôtel à 5h45 ou même 4h45 ... je ne suis pas sur des horaires mais ça doit être ça même si à cette heure-là je ne suis pas du tout opérationnel ... timing et ponctualité , service grande classe.

Merci aux porteurs d'essence et cette année surtout à Jean Marc, qui outre le fait de nous fournir un véhicule d’assistance, l'a acheminé jusqu'à Monaco, avec le copilote à bord (Particulièrement bavard et un peu traine la b ...)
A chargé un b.. sans nom dans son véhicule, des pneus cloutés, des smoking, des bidons d'essence fuyards, un Pc, des sangles et tout un tas de chose qu'il serait bien impossible d'énumérer.
Un grand merci Jean Marc de nous avoir, en plus, reconduit jusqu'à chez nous, d'avoir encore tout à ranger et à nettoyer !!
Aurais-je oublié aussi ta participation au sponsoring de ce rallye... alors oui tu as été indispensable et nous te sommes véritablement reconnaissant pour tout cet investissement et ce temps passé.
Sans toi pas de rallye, ça aurais été dommage et puis maintenant je sais qu’on peut faire du béton dans l’eau..

Merci aussi à tous ceux qui en prenant leur café le matin ou en bricolant dans leur garage, perçoivent un petit logo rouge où figure une si attachante 912. Vous aussi avez pris part à cette aventure et penser que cela ne serait pas possible sans vous.

Cette aventure a commencé donc un vendredi soir sur le port de Monaco... bien que ...
Le roulage jusqu'à Coutheron n'a pas posé de problème particulier, l'impression de partir pour une de nos randos habituelle.
Après tout le roulage jusqu'à Barcelonnette pour les Virada est très similaire. On part tard et on arrive tard ..La voiture fait du bruit et on raconte des conneries…
Bref, hormis les voitures sur le port de Monaco et le fait d'être là au soleil en plein mois de Janvier, pas vraiment le sentiment d'être encore pris par l'ambiance du rallye.
Pour avoir été plusieurs fois à Reims, ici pas la même excitation, pas la même ferveur populaire, personne sur les routes pour vous encourager ou vous indiquer la route "d'entrevaux" pas le même stress sans doute également.
1 heure de dodo dans la voiture et les délicieux petits pains du CP de Bedoin avalés, le rallye a vraiment débuté dans la première SR ..

La SR1 a été une révélation. Nous avions fait ensemble de Rallye des Vosges. (Heureusement !!!)
M0 pour le départ, bien mettre la bonne moyenne, et faire connaissance avec le RB "Scholl" ... il a dû avoir les oreilles qui ont sifflées de nombreuses fois celui-là. Mais nous mettons au point notre petit rituel de début de SR : -pipi – vérification de la moyenne – harnais – arrêt relance du trip – mise à 0 du trip manuel – vérification des casques – lecture conjointe du RB pour valider les points important – et sou dans la file.

Jusque-là tout me semble normal, conforme à ce qui s’est passé dans les Vosges … sauf que..
Ici ce n’est pas pareil, la première descente est une révélation : Ah oui ça roule et fort ! Vraiment ! (Hein David !). Pas vraiment le temps de recaler dans les premiers virages, il faut trouver ou mettre le trip, comment bien saisir comment être sûr, quels doigts utiliser.. pendant ce temps Lionel assure et gère.. attends j’arrive.. Bref c’est la découverte.
Dis donc Thierry tu ne n’avais pas tout raconté ;-)
Heureusement cette spéciale est longue, et permet donc que je m’organise. Je continue à regarder ce qui se passe calle un point sur 2 ou 3, rassure progressivement mon pilote.
Nous sortons 140ième à 430 pas vraiment content et surtout pas assez pour nous assurer d’être dans les bons pour le reclassement de lundi.
La golf est 20ième et nous montre la voie.

La SR2 est facile et courte. Pas de difficulté, je commence à comprendre qu’il va falloir que j’arrête de regarder le paysage … 90 points nous entrons dans les 100 .. enfin ou déjà ??
La golf est 27 avec 50 points mais qu’est-ce que 40 points, le crisartech semble bien fonctionner et nous nous disons qu’il va être difficile d’aller vaincre cette technologie qui équipe 63 voitures …

Le retour à l’hôtel est long, l’attente au CP de Crest particulièrement pénible après si peu de sommeil. Fin de la première journée 22H30 à l’hôtel, l’excitation est là mais c’est éreinté que nous retrouvons enfin un lit. Après discussion avec Stéphane, je comprends qu’il va falloir que j’essaie de caller tous les points. C’est mon engagement pour demain.

La journée de Dimanche nous fait entrée pleinement dans le rallye, nous sommes à Valence, nous avons nos marques. Le fonctionnement du carton de pointage est assimilé. Les trips et les équipements ont chacun leur rôle. Plus rien ne bougera du rallye. Pas peur des erreurs des oublies, chaque objet a désormais sa place de précise.
Le premier téléphone est dédié au trajet, grâce à Stéphane nous avons sur une application OsmAnd l’ensemble du trajet du rallye (La Garmin ayant trouvé sa place au fond d’un sac), le trip mécanique nous aidera dans toute les liaisons, un second téléphone assurant lien avec l’assistance et les amis voir permettant de mettre Waze de temps en temps pour se rassurer ou paniquer …

La SR3 nous enchante. Thierry nous communique les résultats en presque live (au grès d’interruption de service de notre réseau mobile) le passage à la remise est assez sympa, témoignage d’une autre époque sans doute beaucoup plus conviviale. Nos résultats nous étonne, le téléphone se remplis que nos cris de joie. Nous faisons 25ième et 310 points, la golf 100ième gênée par une voiture de police, nous rappelle que chaque incident peut être couteux.
La Bmw 320 dans le fossé nous rappelle aussi que tout peut s’arrêter si vite. Nous les avions rencontré sur le port de Monaco, il faisait le rallye en couple pour la première fois, j’espère qu’ils continueront.

La SR4 Burzet nous rappelle que sans neige, ce n’est pas la même chose. Cette SR n’a pas la même saveur. Aucune difficulté donc, la méthode est désormais rodée, J’essaie de caller tous les points ce n’est pas encore parfait mais c’est bien.
Nous mettons au point la petite musique des SR dans la voiture.
Je chante le calage et ou les indications : à 014 250 - un poteau EDF dans 360 mètre – dans 100 Mètres à droite un poteau EDF – à 50 mètre – OK je le vois – OK validé – à 0 15 520 – une épingle – à 400 mètre une épingle droite – à 130 mètre – OK validé …
Nous échangeons sur les points de recalage sur (un panneau précis, une borne) nous rallons sur les points difficile à trouver (un poteau avec une marque rouge, le premier sapin). Les quelques erreurs du RB nous énervent mais je m’habitue et le comprend mieux.
Nous prenons 290 points et la golf 430 sans comprendre vraiment pourquoi. Le secret du RB de l’ACM.

Nous filons vers les SR de l’après-midi avec l’envie d’en découdre. Quelques morceaux de charcuteries et de fromage locaux avalés rapidement.

La SR5 boucle de saint Bonnet-le froid à un joli nom. Mais elle n’offre pas de difficulté
Je n’en ai aucun souvenir, plongé au fond du RB à énumérer les chiffres. Un point tous les 250 mètres 6 digits à saisir sur 25 km : 600 chiffres et je vous fais grâce de erreurs et des ressaisies …
La méthode presque définie, nous roulons sur les SR avec envie, rassurés par les chiffres.
136 le matin, puis 110, 70, 47, 38 … à nous les hauteurs du classement

La SR6 est euphorisante : ne me demandais pas de décrire le paysage, nous avons hâte de finir sur une bonne note … pas d’erreur surtout pas d’erreur alors je reste concentré au fond de l’habitacle. L’annonce des résultats par notre routeur unijambiste nous étonnes.. « Nous tu es sur c’est nous.!!! » les SMS de joie succèdent à nos cris . Yoyo est radieux, je suis hilare … nous faisons 60 points finissons la journée à la 21ième place, 1er de notre groupe …. Quel bonheur !! la fatigue les doutes tout est effacé et dans notre 912 les vitres ouvertes nous sommes les rois du monde …. Bon de notre « petit monde » ….

Le retour sur Valence est très cool. Le retour à l’hôtel joyeux, la golf est 31ième pas loin tout va bien nous profitons de la soirée, du bonheur d’être dans la course, d’avoir N… tant de grands noms.
Nous sommes reclassés 55 , la golf est devant nous , impect pour la troupe… mais ça va piquer le matin. Le yoyo des iles est matinal, je ne le suis pas …. Va falloir s’adapter.

La journée du lundi commence doucement, heureusement nous avons pas mal de route avant les SR, car il fait noir quand nous partons. Nous n’avons pas forcément envie de faire les SR de nuit.

Les paysages sont magnifiques, que ça doit être beaux avec de la neige ! Les trajets proposés par l’ACM sont variés et nous passons par des endroits magiques. Yoyo me vente le lever du soleil, j’apprécie d’autant plus qu’il ne fait pas froid. La vitre toujours ouverte Lionel sourit, nous profitons de ces instants, car nous savons que tout peut s’arrêter très vite et que nous ne sommes pas à l’abris d’une petite erreur fatale.. pour le classement…

L’objectif de la journée est donc de ne pas en faire ou pas trop.
Les SR du jour sont plus intéressantes, enchaînement d’épingles et de zones ou on peut réguler.

La SR7 est douce :L'Echarasson sans neige a perdu son ardeur. Nous pensons bien faire mais nous prenons 160 points sans vraiment comprendre pourquoi. Nous constatons que ceux qui ont le même RB que nous sont dans les mêmes conditions.. donc RAS.
Dans un rallye sans neige, les points coûtent cher en place, comme le dit Philippe, on peut perdre 50 places très facilement.
Bref notre seul objectif est de ne pas faire d’erreur.
La golf prend 110 et continue son excellent parcours

Nous essayons d’améliorer nos méthodes car nous constatons que nous sommes toujours en avance à la sortie des épingles.. Qui a dit que Yoyo se faisait plaisir ...

Les SR 8 et 9 sont assez courtes mais assez techniques. Elles sont plus intéressantes, nous étudions ensemble maintenant les SR avant le départ, surtout les changements de direction. Essayer de les anticiper surtout pour mon pilote favori. Le GPS est la pour guide mais nous n’avons pas le temps de le regarder. Yoyo conduit surtout à vue, il a besoin d’être attentif à la route, il ne peut pas regarder le GPS en même temps. J’aime cette façon de conduire très instinctive, car le RB ne donne pas toutes les épingles et je ne peux donc pas les lui indiquer, parfois je sens aussi son manque d’anticipation, la surprise face à un virage, mais je constate aussi sa maitrise. Allez roules mon yoyo, je retourne au fond de la cale ..

40 points 20ième dans la 8
La golf est 15ième avec 30 points

72ième avec 30 points dans la 9
La golf est 59ième avec 20 points
12 voitures ont fait 0 (9 points de passage pris)

Nous nous interrogeons sur le RB, l’expérience de son concepteur est indéniable mais parfois certains choix nous laisse dubitatifs :
Voilà ce qu’il nous faudrait : un RB avec toutes les épingles indiquées et un point 100 m après chacune d’elles. J’entends parfois mon pauvre pilote me dire « tu recales ? TU RECALES ? » Et d’être obligé de lui répondre « pas avant 300m » c’est parfois très long ….
De même lorsque nous annulons une saisie… « A non là c’est sûr c’est pas bon !!» , il faut alors appuyer 3 secondes sur le bouton d’annulation … 1,2,3 …. Long …

Reprenons notre chanson « 021 125 – un panneau - dans 320 mètres – un panneau dans 120 mètres – un panneau rectangulaire – OK je le vois - Validé – à 021 600 – dans 200 mètres – une barrière -…. »

Nous voulons enchaîner les SR, garder notre concentration, sur qu'une pause trop longue nous serait préjudiciable, alors au revoir le repas. Vive les prochaines SR que la journée finisse !

La SR10 nous refroidi : « - à 150 mètre une épingle droite – NON PAS A GAUCHE ! PAS LA ! A 150 METRES DROITE A DROITE » , « M .. M.. M.. M.. P … » La malédiction du droite/gauche a surgit dans cette SR. Pourquoi Yoyo a-t-il eu l’envie soudaine de s’engager dans cette voie sans issue, je ne sais pas et sans doute le sauront nous jamais …le sait-il lui-même.
Les casques ont chauffés !
Yoyo repart comme une balle, je le calme en voyant le sol glissant : « Cher Lionel, il faut lorsque l'on commet une erreur savoir garder son sang-froid, développer une stratégie de replis qui si elle ne permet pas de compenser cette erreur immédiatement, à pour principal objectif de ne pas engendrer de nouvelle erreur, accepter le sacrifice d'une pièce au échec .. » … le dialogue est plus direct, mais Yoyo assure et en 200 mètres fait taire les bip bip …
Encore une fois il est en maîtrise ... l'expérience sans doute plus que la sagesse...

La fin de la SR ne passe dans une atmosphère moins souriante que le début de la journée. Nous nous encourageons mutuellement pour nous reconcentrer… ouf ! enlevons les casques et calmons nous …
Profitons quelques instants des pâtisseries excellentes apportées par un célèbre moustachu ardéchois et sa femme … merci le chocolat était délicieux

Malheureusement le retour à Valence ne sera pas aussi facile que la veille.
Je ne suis pas super concentré à la sortie du CH, le RB nous perd, des voitures jardinent, de mémoire 0,3, dans un RB, ne signifie pas 3 km , nous arrivons sur Valence sur une autoroute bien chargée (trop ?) je décide de choisir le trajet proposé par Waze, erreur de débutant, sans doute, surement.
Nous arrivons sur le parc dans le mauvais sens, Yoyo est chaud patate (J'aime cette expression qui ne veut rien dire ), nous faisons le tour des sens uniques, je cours devant la voiture pour que la police nous ouvre la voie : « attendez je dois demander à ma hiérarchie » ………………………c’est long ………….. « une voiture de course, oui » .. .. Malgré le moment cela me fait sourire, la 912 une voiture de course…. « c’est bon, je vous ouvre » OUF ! vas y mets-toi dans la file, je monte dans la voiture en marche, Au fait, c’est combien la pénalité pour non-respect de l’itinéraire ? 20 000 points.

Nous attendons les résultats dans la file, en signant des autographes !! Cela nous détend, nous croisons quelques personnes et regardons nos tronches dans l'écran géant. Des stars ! Malheureusement, la golf a commis l’erreur que nous ne voulions pas commettre. Notre journée est finalement bonne, la 912 juste derrière B. Saby et devant Coppola et Lareppe mais nous sommes déçus pour la golf, une simple erreur... et M..... Stéphane est déçu mais il encaisse, Lionel abattu mais ils nous félicitent tous les deux , nous sommes 19ième : un rève !
Nos erreurs n’auront pas eu de conséquences, nous passons une nouvelle fois entre les gouttes.
250 points , 84ième
1089 points et 232ième pour la golf
4h00 le réveil sonne. Mince je ne sais pas si je suis vraiment fatigué, j’ai du mal a mesurer cela. Yoyo part à la douche, j’ai encore ¼ d’heure, je replonge dans l’oreiller.

J’appréhendais deux choses sur ce rallye, le froid et la fatigue :
Le froid car Yoyo roule toujours la vitre ouverte, en fait, c’est un reflex, dès qu’il ralenti, il l’ouvre. Même lorsque nous essayerons de faire une rapide sieste il gardera cette vitre ouverte.
J’avais donc sur les conseils de Thierry et d’Olivier (celui qui a accompagné Ali au Cap Nord) invertis dans des sous couches thermiques. Bon plan, non seulement je n’ai jamais eu froid mais en plus elles ont été très confortables. Je ne vous parle pas du chauffage de la 912 car c’est une légende urbaine, il n’existe pas …
La fatigue : on sait tous que cela peut être la cause de plein de bêtises. Il faut absolument essayer de se reposer le plus possible. Pour moi cela signifiait aussi deux choses : premièrement pas un seul verre d’alcool, un verre de vin peut ruiner une nuit, je ne suis donc cantonné à la menthe à l’eau et à l’eau plate. Second point, une place pour chaque objet, j’ai une tendance naturelle à tout égarer avec la fatigue, et même sans parfois me rappelles Carole souvent. Donc chaque objet avait sa poche, sa place son rangement.

ET ! C’est parce qu’il n’y a rien à gagner qu’il faut absolument faire les choses sérieusement !

Yoyo m’a dit que comme nous avions fait 6 SR nous aurions droits à la breloque … je crois que je ne sais pas où je l’ai mise …

LoloAmericaUber attend devant l’hôtel, en route.

Sur le parc, les équipes râlent, le RB est mal fait, l’ACM se moque de nous ! Il me semble voir les mêmes types de réactions que lorsque j’organisais la Régul de Sens. Il faut accepter de s’être trompé messieurs !
Ce n’est qu’un jeu ! Même s’il ne faut jamais oublier que certains en ont fait un business !! l’ACM en premier sans doute.

Reprenons le cours des SR, car durant cet interlude la voiture a avancé.

SR 11 : Secouer moi, secouer moi
La SR11 est inoffensive, nous prenons 70 points comme 21 voitures et cela devient la routine… ( ;-) non pas vraiment ;-))
La golf en prend 50.
Vite il faut rouler, la descente sur Monaco est longue.
Après 30 km, un bruit suspect nous alerte, Yoyo est à l’affut ! Chut on écoute, plus de bruit ! ou plutôt si ! Arrêt, je prends de la distance, impose le démontage de la roue, on ne rigole pas avec la sécurité !. Roland et David sont à l’ouvrage, Yoyo est inquiet car nous venons de voir une équipe changer un cardan sur une 911.
Rien RAS, la 912 semble se moquer de nous de la suspecter ainsi. Reprenons la route, marche arrière, marche avant … et roule petite canette d’Orangina ….

SR12 et SR13 : hein ! Que s’est-il passé ?
Je m’en souviens, la 12 était complément défoncée, la route pleine de cailloux la voiture tapait partout ! Une grande descente dans la 13 avec des crêpes à l’arrivée.
Mais pas d’erreur, nous serons sur le port de Monaco, notre objectif.

Dans la 12 les 2 voitures prennent 60 points, nous sommes 23ième et la golf 35ième.
Dans la 13 nous prenons 130 points, la golf 220.

Tout se jouera donc bien dans le Turini. La dernière nuit magique et angoissante du RMCH !!

En route, le port nous attend, nous allons avoir un peu de repos à l’hôtel, rejoindre mon épouse.

Tiens donc, c’est sur une route droite sans charme que le capot de la 912 manifeste son envie d’indépendance. Nous avons fait le niveau d’huile ce midi, il était donc ouvert durant toute la SR13...
Yoyo freine violemment, la BM derrière aussi, on entend le blocage de roues … Yoyo relâche les freins et reprends un peu de distance … car oui, au fait, nous n’avons pas de feux stop …
Le capot reprend sa position initiale … Encore une fois entre les gouttes …
L’occasion de s’alléger de l’essuie-glace passager !

Le port, l’hôtel, l’attente … Le lieu pour parler d’un sujet qui est présent mais qu’on n’aborde pas forcement, le risque, la peur :
Nous échangeons sur le sujet avec Stéphanie la femme de Stéphane et Philippe.
Cette nuit fait peur, le danger est présent, les voitures vont vite, trop vite ?
Je ne ressens pas ce danger, les routes sont sèches, qu’en serait-il dans le brouillard et sur la glace ??

Nous rejoignons nos chambres sans réussir à dormir.

Le repos est perturbé pas les changements fait pas l’ACM pour la SR13. Un éboulement change la donne. Le RB d’accès est changé, le départ de la SR est décalé, le RB du retour est changé. Tous nos RB détaillés sont inutilisables. Les informations nous arrivent dispersées sans cohérence. Est-ce fait exprès ? Nous sollicitons tous nos contacts, Thierry nous adresse des itinéraires GMaps, Stéphane nous donne des fichiers gpx à télécharger, le départ est avancé de 412, 420 ou 440 mètres ?

Nous choisissons 412 et recalculons toutes les distances juste avant le départ. Un petit exercice de calcul réaliser en couple. Ces ratures ne vont pas faciliter la lecture du RB dans le SR !

SR14 SR15 : les SR pour gagner ou tout perdre.
Yoyo le sait c’est le juge de paix de ce rallye.
Nous prenons la route, et faisons le plein rapidement sur le port. Merci les gars, j’avais rêvé de faire un pit-stop à Monaco, c’est fait !
Yoyo veut suivre une voiture, l’autre 912 vient de passer, il saute dans sa roue.
Nous les suivons car le GPS nous indique un autre chemin, nous sommes donc à l’aveugle. Nous les perdons puis retrouvons d’autres voitures, je n’aime pas cette improvisation. Tant pis continuons.

Nous arrivons enfin au départ de la SR14. Elle sera la plus dure du rallye et celle qui décidera de notre classement. Notre RB ne nous donnait pas le profil de la SR, dommage ! Le début n’est qu’une succession d’épingles en montée! Yoyo fait ce qu’il peut, la 912 donne tout ce qu’elle a mais chaque recalage que je fais péniblement ne fait que constater notre retard.
Je me perds dans les points de nuit, cherchant les points de couleur sur les arbres, ne sachant pas (je l’apprendrais juste avant la SR15) que tous les repères du RB sur les arbres pour la nuit sont des catadioptres. Nous finissons la SR et j’ai un sale gout en bouche, le sentiment d’avoir tout gâcher !

Nous ferons 880 points à la 59ième place les plus forts nous ont dépassé c’est certain !
La golf prend 5260 points, à cause de son trip … c’était pas la bonne année ..alors pensons plutôt que nous avons évité le pire.

Cette SR m’a vexé ! La suivante sera la meilleure que nous ferons sur le rallye. La plus maitrisée. Le Turini sera gentil cette année.
Yoyo, me lance : « regardes nous passons au col ! », « hein, ou ça ? » trop tard, décidément je n’aurais rien vu des SR.
Nous calons tous les points et passeront à 0 partout, pour nous, mais c’est sans compter sur les mystères des RB, nous prenons 300 points alors que la Golf fait 70 au top du classement de la SR.


Voilà c’est fini, il n’y a plus de SR. Le rallye est fini.
Il ne reste plus qu’à aller trainer sur le port et enfiler nos habits de pingouin.

Le téléphone sonne, je crois à une blague, mais c’est la direction de course pour nous indiquer que nous allons dans un cul de sac. Il faut remonter au col et descendre de l’autre côté.

Waze m’indique une arrivée à 2h32, nous devons pointer avant 2h39. Je ne dis rien à Yoyo, il assure, la berlinette de Coppola nous servira de lièvre, de lévrier … peu importe …
Yoyo profites de ces derniers instants, la joie de conduire l’emporte encore …
Les dépassements se succèdent dans le hurlement des 4 cylindres …

Jean Marc ouvre un délicieux champagne ! Après une semaine fatigante, il me grise avec délicatesse, une joie immense me saisit ! La nuit sur Monaco est magique

C'est la fin de cette journée, elle se finie bien dans un lit d'un palace monégasque plein d'amour !!
Pièces jointes :

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
18 Fév 2020 00:49 #6900 par indienestmonnom
indienestmonnom a répondu au sujet : MCH 2020 : La 912 au Monte Carlo : Conclusion
Un très grand merci, Bertrand, pour ce CR bien romancé ! On y est avec vous, et je partage tes émotions. C’est une aventure que je n’ai pas encore tenté, mais ayant souvent été présent au départ et à l’arrivée de la nuit du Turini sur le port de Monaco, j’ai été témoin de l’ambiance incroyable qui y règne et me suis à chaque fois promis d’y participer, l’année prochaine peut-être... ;) Bravo à vous tous, soyez remercié du bon spectacle que vous nous avez offert ! :thumbup: :thumbup: :thumbup:

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
18 Fév 2020 23:22 #6901 par Graham
Graham a répondu au sujet : MCH 2020 : La 912 au Monte Carlo : Conclusion
Super :woohoo: :woohoo:
je n'ai jamais vécu ce rallye meme en spectateur, n'étant pas du tout de la région. Mais là on y est, et dans la voiture :thumbup: :thumbup: . Merci pour ce récit en mode embarqué ;)

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
20 Fév 2020 09:30 #6903 par Thib
Thib a répondu au sujet : MCH 2020 : La 912 au Monte Carlo : Conclusion
Superbe compte rendu ! Tu nous fais vivre ce rallye comme si on y était. Merci beaucoup.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.