Touringers.org, le forum des amateurs de touring en véhicules anciens et de collection
facebook Touringerspinterest Touringersinstagram Touringerstwitter Touringersgoogle+ Touringers

À toute berzingue !

Pour tout véhicule antérieur à aujourd'hui
  • Sujet 2
  • Appel
  • Sujet 1
  • 1
  • 2
  • 3
  • Savoir
  • Communication
  • 1
  • 2

« L'automobile populaire », une utopie de l'entre-deux-guerres

  • indienestmonnom
  • Portrait de indienestmonnom Auteur du sujet
  • Hors Ligne
  • Moderateur
  • Moderateur
Plus d'informations
14 Fév 2019 07:35 #6316 par indienestmonnom
indienestmonnom a créé le sujet : « L'automobile populaire », une utopie de l'entre-deux-guerres
Un membre éminent mais trop souvent silencieux nous fait passer ce lien, à haute valeur ajoutée, une sorte de caution intellectuelle direct live from the Bibliothèque Nationale de France...

www.retronews.fr/economie/echo-de-presse...e-entre-deux-guerres

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
14 Fév 2019 14:51 #6319 par Graham
Graham a répondu au sujet : « L'automobile populaire », une utopie de l'entre-deux-guerres
Le journaliste était bien renseigné :
Une semaine plus tard, le 30 juillet 1920, sortait la loi de finance donnant naissance à la catégorie fiscale des "cyclecars" (Et une niche, une !):

Wikipedia :
Après la guerre, les gouvernements occidentaux cherchent à rendre accessible l’acquisition d'automobiles au plus grand nombre. En France, est considéré comme un « cycle-car » tout véhicule automobile à une ou deux places, pesant au plus 350 kg et dont le moteur présente une cylindrée ne dépassant pas 1 100 cm3.
La loi de finances du 30 juillet 1920 fixe une taxe fiscale forfaitaire de 100 francs par an pour les cyclecars, beaucoup moins que les automobiles. Immédiatement, des petits constructeurs apparaissent et produisent des voitures légères en économisant sur tout pour rester au-dessous la barrière fatidique des 350 kilos.
Ce régime fiscal sera supprimé en 1925

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.